Personnel

Foire aux Questions

Comment déterminer la durée du CDD en cas de remplacement ?

 

Deux cas de figure peuvent se présenter à vous :

Vous ne connaissez pas la date de retour de votre salarié. Dans ce cas, on parle de CDD à terme imprécis. Le terme du contrat est le retour de votre salarié. Vous devez prévoir une période minimum d’embauche. Elle permet au salarié d’avoir une garantie minimale d’emploi et de rémunération. Elle est fixée librement entre les parties. Le non-respect de cette mention peut entraîner, à la demande du salarié, la requalification du CDD en CDI.

Lire la suite...

Quand se termine le CDD en cas de remplacement ?

Le contrat prend fin :

  • à la date prévue dans le contrat même si le salarié n’est pas revenu à cette date ;
  • ou au retour de votre salarié si vous n’aviez mentionné aucune date précise. En cas d’absence définitive du salarié remplacé, le CDD se termine automatiquement. Vous devez toutefois prouver l’évènement qui est à l’origine de la fin du contrat et sa date, par exemple en fournissant sa lettre de démission.

Quand remettre le contrat signé au remplaçant du salarié ?

Le contrat doit être remis au salarié au plus tard dans les 2 jours ouvrables (soit du lundi au samedi à l’exception du dimanche ou du jour de repos hebdomadaire qui n’est pas travaillé et des jours fériés) suivant l’embauche :

soit par lettre recommandée avec accusé de réception ;

soit en main propre contre décharge (reçu).

Pour éviter tout litige, faites en sorte que le salarié dispose de son contrat signé dès le 1er jour de travail.

Assurez-vous que le contrat de travail a bien été signé par le remplaçant. Un contrat non signé équivaut à une absence de contrat écrit. En cas de litige, le contrat peut être requalifié en CDI.

Attention : Il en est de même lorsque le contrat est remis au salarié au-delà des 2 jours ouvrables.

Le stage de formation professionnelle des jeunes diplômés sans emploi

Définition jeune diplômé : est appelé jeune diplômé toute personne a âgée de 35 ans au plus, titulaire d’un diplôme d’enseignement supérieur ou d’un diplôme d’enseignement secondaire, général, technique ou professionnel, en quête d’un premier emploi (Ordonnance n°92-022/P.CTSP).

Leurs stages s’effectuent sur la base d’un contrat de travail de type particulier appelé contrat de qualification.

La durée du contrat de qualification est de six mois renouvelable trois fois par le même employeur.

Obligation ou non de rémunérer le stagiaire ?

Le versement de l’allocation forfaitaire est obligatoire. Son montant est fixé par Décret.